Publié par Patrice Lefort-Lavauzelle


Présentation :
 
La BDD est à l’échelon local l’unique formation administrative de la défense, qui regroupe l’ensemble du personnel militaire et civil présent dans un secteur géographique donné, ce secteur pouvant recouvrir une ou plusieurs communes proches les unes des autres dans un rayon de 30 km. La BDD a pour mission d’assurer l’administration générale et le soutien commun des formations implantées dans son secteur de responsabilité administrative.


La BDD comprend :

- Le "responsable" (et non "commandant") de la base de défense ;
- Les services (soutien santé, administratif, technique et logistique, communication…) ;
- Des formations et unités plus ou moins importantes (régiment, école, état-major, mais aussi centre de stockage et d’approvisionnement ou relais de télécommunications) qui sont toutes administrativement rattachées à la base.

Fonctionnement :


Le responsable de la BDD dirige l’action des services de la base afin de permettre aux formations qui lui sont administrativement rattachées de remplir au mieux les missions qui leur sont données par leur chaîne fonctionnelle. Ses responsabilités s’exercent donc sur les fonctions d’administration et de soutien au profit de la totalité des formations stationnées dans son aire de responsabilité. Il dépend hiérarchiquement de la chaîne spécifique en charge du soutien. Le responsable de la BDD n’est donc pas l’autorité d’emploi de ces formations qui relèvent de leur chaîne opérationnelle ou métier propre. Il a en revanche vocation à être le point de contact unique de la défense vis-à-vis de l’environnement et des institutions civiles locales. En dehors des responsabilités territoriales qu’il exerce, le commandant de la BDD a des relations contractuelles avec les commandants des formations d’emploi, en vue de leur fournir le meilleur soutien répondant à leurs besoins.

Les services de la BDD sont organisés pour répondre aux besoins des formations. Leur structure est normée, même si les effectifs peuvent varier d’une BDD à l’autre, en fonction de l’importance et du nombre des formations à soutenir. Ils sont généralement implantés dans l’emprise principale du secteur, auprès du responsable de la BDD, mais certaines cellules peuvent être réparties ou délocalisées dans d’autres implantations pour un meilleur service de proximité (ex : point d’alimentation dans une emprise importante).

Les formations de la BDD (régiments, bâtiments de la marine, bases aériennes, écoles, hôpitaux, centres d’essai…) disposent en propre des seuls services nécessaires à leurs besoins spécifiques. Ceux-ci seront renforcés à leur demande, prioritairement à partir des services de la BDD de rattachement, pour faire face aux échéances majeurs (projection, entraînement…).


A compter du 1er janvier 2009, 11 BDD expérimentales seront créées. 

10 sur le territoire métropolitain, plus Djibouti :


- Rennes, La Valbonne, Valence, Laudun, Marseille et Clermont-Ferrand (unités majoritairement issues de l’armée de terre).

 - Les bases aériennes d’Avord, de Creil et de Nancy (armée de l’air).
- La base navale de Brest
Un exemple de BDD : Brest .

A terme, en 2014, les bases de défense seront au nombre de 87, soit 78 sur le territoire métropolitain, dont 5 à Paris, et 9 outre-mer. Elles compteront en moyenne 300 personnes affectées au soutien de 2.800 militaires et doivent permettre de rationaliser les fonctions d'appui aux unités dans le cadre de l'objectif d'inverser le ratio forces de soutien/forces opérationnelles, actuellement de 60 % pour les premières, 40 % pour les secondes.

Un Commandement interarmées du soutien (COMIAS) sera placé sous la responsabilité du chef d’état-major des armées. Ce dernier désignera les « responsables » des bases de défense.

 

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog